Transmettre

Nous imaginons tous que nos enfants vont adorer les albums, les livres qui nous ont marqués lorsque nous avions leur âge. Nous nous accrochons facilement à ce que nous estimons être des « valeurs sûres » en matière de lecture. Nous fournissons à nos bambins ce que nous connaissons : en premier lieu, les livres qui ont accompagné notre éveil littéraire, qui nous ont donné le goût de lire. La plupart du temps, nous les achetons ou les empruntons, tout heureux de les trouver encore en librairie ou en bibliothèque. D’autres fois, nous leur transmettons avec émotion l’exemplaire que nous avons lu et relu avant de le conserver pieusement en pensant à notre progéniture future. Tout cela pour observer que la transmission livresque se fait par le papier et, en général, au sein de la famille, dans les premières années de pratique de la lecture en tout cas.

Cela n’empêche pas de tomber parfois de haut lorsque votre enfant feuillette un livre que vous avez tant aimé et, peu intéressé, le laisse de côté pour ne plus y toucher ! Mais que se passe-t-il ? Où ai-je fauté ? Nulle part. Ce n’est pas parce que votre enfant ne lit pas exactement tout ce que vous avez aimé – et oui chaque être est unique, je crois – qu’il ne baigne pas dans un environnement culturel et livresque qui est le vôtre et qui laissera son empreinte d’une manière ou d’une autre.

Cet environnement risque d’être bientôt – s’il ne l’est déjà – bousculé par l’arrivée du numérique dans la lecture. Qu’allez-vous transmettre à vos enfants demain ? Des livres ? Des tablettes ? Avec le livre papier, c’est facile : le support et le contenu ne font qu’un seul et même objet que l’on peut presque se passer de génération en génération. La transmission est simple. Et, jusqu’à maintenant, on associe souvent un contenu à la couverture du livre dont il est question, ou bien à son format, à sa mise en page particulière ou encore à d’autres éléments liés à la fabrication de l’ouvrage. Tout va bien, l’univers est familier.

Mais avec le livre numérique, tous ces repères fichent le camp : le contenu est toujours là, mais le support est étranger, voire étrange… Les parents ne sont pas équipés du support qu’il faut et, s’ils le sont, ne sont pas familiers avec les contenus proposés. Alors transmettre sa tablette ou sa liseuse ? Certainement pas. Nous en gardons pour l’instant un usage personnel, quelquefois familial. Mais dans quelques années, l’ergonomie des tablettes aura sans doute évolué, le format et la présentation de leurs contenus également. L’avenir du papier comme support de lecture semble menacé ? Peu importe, la question n’est finalement pas essentielle. Il est aujourd’hui urgent de s’adapter et, à défaut d’avoir des compétences techniques, de conseiller, donner un avis, critiquer les nouveautés numériques.

S’accrocher et imposer à tout prix le livre papier, au risque de couper ses enfants des progrès technologiques, ne semble pas être une solution à long terme. Il faut donc trouver une nouvelle voie, inventer de nouveaux modes de transmission avec les moyens auxquels il va falloir désormais s’adapter. Car comme le disent Les fantastiques livres volants de Morris Lessmore – conte numérique plutôt réussi – les années passent mais les mêmes histoires font toujours rêver…

Accueillez la nouveauté numérique comme une opportunité !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s