Le livre numérique jeunesse : quels usages ? (1)

Histoire du soir, bonsoir ?

L’un des premiers objets que les parents partagent avec leur enfant est sans doute le livre. Dans beaucoup de familles, l’histoire du soir est un instant sacré, un rituel, autour duquel on se retrouve, autour duquel on échange souvent de façon plus apaisée qu’à d’autres moments de la journée ! L’histoire du soir, jusqu’à maintenant, c’est aussi un livre imprimé que l’enfant touche, feuillette indéfiniment, qu’il garde sur son lit, ou à côté, avant de s’endormir, qu’il emporte parfois à l’école ou dans son sac quand il voyage. Comme avec un doudou, le tout-petit peut avoir du mal à s’en séparer. L’objet-livre acquiert alors une valeur inestimable, mais son contenu également puisque l’enfant, son livre à la main, vit et revit l’histoire, la raconte aux autres, s’en inspire pour jouer.

Que devient la même histoire lue sur une tablette tactile ? La convivialité est préservée : on peut se réunir autour, en famille, comme autour d’un livre imprimé. Cependant, la lumière sur l’écran, sa taille (parfois plus petite que celle d’un album ouvert) peuvent gêner certains lecteurs. L’image est capable d’offrir du mouvement : on frôle de temps en temps le dessin animé (dans les aventures de Stella et Sacha par exemple). L’histoire a souvent une version audio et peut donc être écoutée (Le cerisier par exemple ou encore Gaspard, le loup qui avait peur du loup). Le récit peut aussi être le résultat d’un jeu, ou être interrompu par un jeu (Les Histoires de lapin). Il a encore quelquefois un rôle didactique d’apprentissage de la lecture : J’adore le jus de rat.
Sur un écran, l’histoire prend ainsi des formes mouvantes et très variées, là où le statut figé du livre imprimé laisse la place à l’imagination… L’imagination, une façon qu’a l’enfant de s’approprier un livre, qu’il perd peut-être quelquefois lorsqu’il se retrouve face à un écran qui lui impose, pour ne donner qu’un exemple, telle voix pour tel personnage.

Mais il ne s’agit pas ici de faire un comparatif des avantages et des inconvénients du livre imprimé face au livre numérique. Il vaut mieux s’interroger sur les usages. La lecture d’une histoire pour enfants sur écran va sans doute modifier les habitudes qui ont été prises avec le livre papier. L’histoire du soir est un moment où l’enfant ne fait rien d’autre qu’écouter. Il s’immerge dans cet instant avant de plonger dans le sommeil. Avec l’écran d’une tablette tactile et son interactivité, va-t-il encore être possible de ne rien faire en écoutant une histoire ? De préserver ce moment d’abandon, de non activité ? Faut-il alors réserver l’usage de la tablette à des moments plus ludiques, plus actifs ? Quelle sorte de lecteurs vont donc devenir nos enfants ? Peut-on s’attacher à un livre numérique comme on peut se lier à l’objet imprimé ? Il est trop tôt pour répondre à ces questions, mais il est temps d’observer et de veiller.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s