Archives mensuelles : juillet 2012

Fraîcheur de vivre

À un moment où la concentration de l’édition française est toujours d’actualité, il est difficile d’oublier le livre d’André Shiffrin, L’édition sans éditeur. Il n’était alors, en 1999, pas question d’édition numérique. Cet ouvrage reste pourtant d’une étonnante fraîcheur.
Dans le secteur nouveau de l’édition purement numérique, de nombreuses petites maisons francophones existent. Certaines sont plus importantes que d’autres, mais, l’activité étant assez balbutiante, on assiste davantage à une atomisation des éditeurs qu’à une concentration. Pour l’instant. Lorenzo Soccavo, chercheur indépendant en Prospective du Livre et de l’Édition les recense ici.

Ces pure-players ont la chance de pouvoir faire de véritables choix de publication. Le marché étant naissant, il n’existe pas encore ce qu’André Schiffrin appelle le “pré-public”. Ce public identifié auquel s’adresse tout nouveau titre arrivant sur les tables des libraires (ou plutôt dans les rayons et pages internet des grands distributeurs), émanant la plupart du temps d’un auteur à succès ou traitant un thème en vogue. Ces pure-players ont la liberté incroyable de pouvoir faire connaître le travail d’auteurs méconnus, de pouvoir créer de nouvelles formes de lecture, de pouvoir publier dans un espace encore peu labouré. Entre autres. Qu’ils s’en saisissent !

Le numérique peut-il arriver à faire vivre une nouvelle édition indépendante ? On se heurte au problème de la diffusion. Il existe un modèle économique pour la distribution du livre imprimé. Aucun pour le livre numérique. L’enjeu est de taille, les solutions dessineront sans doute l’avenir, proche, de tous ces nouveaux éditeurs.

Le livre numérique jeunesse : quels contenus au menu ? (3)

Du contenu, baby !

Cela n’aura échappé à personne, le journal Le Monde (éditions datées du 19 juin 2012 et du 3 juillet 2012), entre autres, relaie l’information depuis quelques semaines : les fabricants de jouets annoncent une offre alléchante de tablettes numériques destinées aux enfants à partir de 18 mois. À quel prix ? Entre 100 et 200 €, pour les plus onéreuses. Vetch mise sur la vente de 500 000 tablettes pour enfants en 2012 (voir l’étude faite par l’Institut des Mamans sur l’utilisation des smartphones et tablettes par les 1-6 ans).

Quel contenu y trouvera-t-on ? Divertissements déjà intégrés, cartouches de jeux, de vidéo et autres pouvant être ajoutés, possibilité de téléchargement de contenus à partir de l’ordinateur des parents sont quelques-unes des solutions imaginées pour enrichir ces tablettes. Il n’est pas question d’accès à internet pour les produits destinés aux plus petits. Et les livres là-dedans, vont-ils trouver leur place ?

L’offre technologique devance l’offre de contenu livresque jeunesse qui, à quelques exceptions près, ne suit pas. C’est dommage. Les éditeurs “traditionnels” ont des atouts en matière de publications destinées à la jeunesse et disposent d’un savoir-faire que les éditeurs purement numériques n’ont pas obligatoirement. Pourtant, il semble bien que ces pure-players commencent à occuper la place de manière significative. À l’image de ce Conte du haut de mon crâne, édité par la Souris qui raconte, un récit beau et singulier, purement numérique, et en plus destiné aux grands (9 ans au moins), ce qui est rare en matière d’applications jeunesse (voir aussi Cherchez le “documentaire”). La preuve que la qualité, en matière de littérature jeunesse, ne passe pas uniquement par le papier. Ce serait une forme de snobisme de le croire aujourd’hui.

 

 

 

 

 

Le champ est donc grand ouvert pour les éditeurs, avec des risques, certes, mais aussi une liberté qui n’existe sans doute plus dans l’édition imprimée. Sachant que les utilisateurs, une fois, la tablette acquise, ne seraient pas réticents à l’achat de contenus (voir Actualitté : Tablettes : des utilisateurs plus enclins à l’achat de contenus).