Le livre numérique jeunesse : quels usages ? (5)

O tempora, o mores…

Quelques interrogations pour rebondir sur le sondage de l’institut CSA réalisé pour l’Observatoire Orange  et Terrafemina sur les tablettes tactiles et les usages qu’en font les enfants de moins de 12 ans (voir aussi le compte-rendu qu’en fait La Souris Grise). Une série d’articles de Terrafemina accompagne les résultats de ce sondage : Tablette tactile : la nouvelle nounou ?, Génération tablette : “Les enfants réclament le même jouet que leurs parents”, Génération tablette : “Les enfants ne deviennent pas plus intelligents avec un iPad”, Génération tablette : les applications pour enfants, un marché en plein boum.

Les résultats de l’enquête sont intéressants, les questions qu’ils posent encore plus. En effet, le sondage révèle que dans les foyers dont les parents sont équipés d’une tablette tactile (près de 30 %) – pour ne pas dire un iPad – 71 % des enfants de moins de 12 ans l’utilisent. Pour quoi faire ? Un peu tout : lire, jouer, apprendre, dessiner, bricoler. À travers des entretiens avec un psychiatre et une psychothérapeute, deux dangers principaux sont évoqués dans les différents articles accompagnant cette étude. Le premier est celui de transformer la tablette en un outil d’apprentissage, d’éducation et de n’être plus un jouet pour l’enfant. Le second risque est celui de faire disparaître les livres des chambres des petits.

Ce dernier risque existe et place la barre assez haut pour les éditeurs d’applications-livres pour enfants. Tourner les pages d’un livre signifie que l’on avance dans le récit. Ce qui est passé est lu et compris, ce qui est à venir va clore l’intrigue commencée. La construction d’une histoire se fait dans la durée, celle, plus ou moins longue, que met le lecteur à avancer dans son livre. Et quelle fierté pour un lecteur débutant d’avoir été entraîné par un récit et d’être venu à bout de son ouvrage !

Quel type de lecture vont alors construire les générations d’enfants à venir ? La tablette tactile, comme support de lecture, peut-elle remplir le même rôle qu’un livre imprimé. Les e-books pour les plus jeunes et quelques applis livres proposent de tourner les pages par mimétisme avec le papier. Mais pas besoin d’iPad pour faire ça…

C’est là que ça devient intéressant. Des éditeurs numériques jeunesse se sont lancés dans la construction d’histoires pour tablette. Une conception différente s’appuyant sur ce que permet l’écran et non sur le déroulement d’une histoire page après page. Les recherches, les trouvailles sont inédites, amusantes. Pour autant, les nouvelles façons de construire un récit lui ôtent-elles sa linéarité ? L’action de lire risque-t-elle de ne plus ne s’inscrire dans le temps ? Certains repères doivent-ils être sauvegardés à tout prix pour le bon développement intellectuel de nos bambins et pour ne pas leur ôter le goût de lire ? Autant de questions pour les éditeurs d’applications…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s