Archives du mot-clé Barefoot Atlas

Le livre numérique jeunesse : quels contenus au menu ? (9)

Hors-pistes

Les éditions Larousse ont réalisé une application pour les 8-12 ans, intéressante tant pour son contenu que pour sa forme : le dictionnaire Larousse junior.

 

Dico Larousse junior

 

 

 

 

 

 

Six entrées au menu : dico, atlas, chrono, conjugaisons, jeux, images. Des définitions d’abord, de noms communs et de noms propres, mais pas seulement. Un atlas pour enfants leur permettant de s’évader de manière tout à fait honorable (outre le Barefoot atlas, je n’en vois pas vraiment d’autres dignes d’intérêt). Une chronologie, pouvant paraître parfois succincte, mais suffisante pour donner des repères à un enfant de primaire. Des tableaux de conjugaison toujours utiles. Des jeux sur les mots, les définitions, les drapeaux, amusants et motivants.

Le Larousse junior apparaît donc un “moteur” de recherches autonome, ludique, qui permet de bondir d’un sujet à l’autre très facilement. Un document que l’on peut consulter partout, en vacances, en voiture, dans une salle d’attente. Qui se promène en emportant un dictionnaire ou une encyclopédie dans son sac ? Et à un prix (5,99 €) défiant toute concurrence imprimée. Un formidable outil pour jouer avec ses enfants car, à l’instar d’un dictionnaire, une fois l’application ouverte, difficile de la refermer…

Certes, cette réalisation numérique ne permet pas d’apprendre à s’orienter dans la somme que peut représenter un dico. Le travail est largement simplifié puisqu’il suffit de saisir le mot que l’on cherche pour en obtenir la définition. Encore faut-il savoir l’orthographier correctement. Faire une recherche dans un dictionnaire imprimé relève d’un autre savoir-faire et ne fait sans doute pas partie des prétentions de cet outil. De la même manière, vous n’utilisez pas votre tablette pour apprendre à votre enfant à faire des puzzles ou à empiler des cubes. Il s’agit d’apprentissages différents, non exclusifs, tout aussi importants les uns que les autres.

Cette application n’est pas non plus exhaustive. Elle prend l’allure d’une encyclopédie sans en être vraiment une. Est-ce si grave dans la mesure où elle s’adresse à des enfants d’âge scolaire (primaire), essentiellement ? Est-ce pour cela que l’on nivelle leurs connaissances par le bas ? Ce n’est pas évident et c’est très subjectif. Certains enfants, en fonction de leur âge, de leur maturité, du sujet abordé et de l’intérêt qu’ils y portent, se contenteront des informations qui sont livrées dans ce dictionnaire, d’autres seront peut-être frustrés. Ceux-là mêmes qui voudraient en savoir davantage laisseront l’application pour d’autres contenus, mais la porte aura été ouverte. Et puis, le jour où votre fils ou votre fille de 10 ans a une recherche à faire sur Victor Hugo, ne préférez-vous pas d’abord lui apprendre à consulter la documentation dont il ou elle dispose à la maison, sous forme de livre imprimé ou d’application de ce type, avant de l’envoyer se perdre dans les méandres d’Internet ?

Pourquoi avoir choisi la forme applicative, par nature fermée, pour éditer ce Larousse junior ? La vocation d’un dictionnaire, d’une encyclopédie, est d’ouvrir les connaissances. On aurait tendance à attendre aujourd’hui de la part d’un tel outil qu’il soit continuellement actualisé, enrichi. Qu’il donne accès à toutes les informations connues sur un sujet ou un autre. Un format différent de l’application, moins lourd, truffé de liens menant au web, serait probablement plus riche, plus dense. Serait-il pour autant adapté aux usages que font les 8 ans et plus d’un dictionnaire, de ce qu’ils y cherchent ? Les enfants utilisateurs ne seraient-ils pas menacés de noyade dans des flots de connaissances qu’ils auraient du mal à maîtriser ? Il s’agit d’une véritable question. À quel âge bascule-t-on ? Un format applicatif fermé est-il pertinent pour l’apport d’informations à vocation encyclopédique destiné à des enfants ?
On peut reprocher au Larousse junior d’avoir un format fermé, totalement contradictoire avec la nature de son contenu, destiné à être ouvert. On peut aussi estimer que c’est tant mieux. Que cela laisse la liberté à chacun d’aller voir ailleurs. De flâner, de s’enrichir comme il l’entend, d’exercer son intuition et son libre-arbitre, de sortir des chemins balisés, des pistes damées et des liens présélectionnés.

Publicités

Le livre numérique jeunesse : quels usages ? (4)

Ça s’lit, ça s’mange ? 

Pas évident de trouver son chemin dans le maquis des applications jeunesse entre ce qu’on peut appeler un livre et le reste, assez mouvant, pouvant être – ou ne pas être… – livre animé, jeu avec texte, contenu interactif en tout genre qu’on ne peut catégoriser à l’aide de nos repères habituels. Les frontières sont floues, les passerelles entre l’animation, la lecture, le son, le jeu sont nombreuses et les combinaisons possibles d’une grande variété.
Alors plutôt que de chercher à établir désespérément un classement par genre, tentons un classement par usage. La question semble simple : à quelle attente le contenu publié répond-il ? En d’autres termes, les applications que nous présentons à nos enfants dépendent-elles du moment de la journée, de l’activité en cours ? Répondent-elles à un besoin à un instant donné ?

1er usage : l’attente
L’attente est souvent un prétexte pour présenter des applications notamment aux enfants de 3 ans et moins. En effet, on ne laisse pas sa tablette dans les menottes de son rejeton de 2 ans ; l’usage fait en sa compagnie reste donc très limité et finalement peu varié. En toute bonne foi, avouez qu’il s’agit souvent d’un recours pour le faire patienter 10 minutes en l’installant sur vos genoux dans une salle d’attente ou le temps de répondre à un mail de la plus haute importance ou de finir une conversation téléphonique… Le succès est garanti avec, par exemple : Une jolie ferme, Dans mon rêve, Un jeu, Les jeux du livre des bruits, Vehicles (My First App).

                    

 

 

 

          

 

 

2e usage : quand j’sais pas quoi faire…
“J’sais pas quoi faire… J’peux faire de l’iPad ?”, est-il possible d’entendre parfois comme si “faire de l’iPad” constituait un objectif en soi. On n’est pas loin de l’attente, version 6-8 ans. Vos enfants tournent en rond parfois entre midi et deux, les jours d’école, trouvent le temps long en voiture ou dans le train et se disent que la tablette serait un bon remède à leur ennui. Vous craquez mais en jurant bien qu’il est hors de question qu’ils s’amusent avec n’importe quelle appli à un moment où il s’agit tout de même de rester calme, de ne pas les abrutir. On peut alors imaginer que vous allez présélectionner les applications qu’ils pourront ouvrir : des histoires à lire ou à écouter (Babel, Apolline et Léon, Les trois petits cochons, Les fantastiques livres volants de Morris Lessmore, La petite musique du monde), des documentaires courts (La coccinelle, Napoléon, Joue avec Cézanne, Barefoot Atlas), des applications musicales (Le Carnaval des animaux ou Les 4 saisons d’Antoine). À défaut de lire véritablement – et encore, ça se discute –, de quoi les divertir à plusieurs sans les énerver, tout en se donnant bonne conscience !

 

                    

 

 

 

          

 

 

 

          

 

 

 

          

 

 

 

          

 

 

 

 

3e usage : pour les apprentis
Apprentis lecteurs, apprentis comptables, plusieurs applications sont faites pour vous. Et bien faites ! Hormis l’effet de la nouveauté, la tablette se révèle être un support très ludique pour les apprentissages. Ou comment faire travailler vos enfants sans qu’ils s’en rendent compte. Ce n’est pas un hasard si plusieurs applications issues ou inspirées de la méthode Montessori ont vu le jour. Trop chouette d’apprendre à lire, à écrire (Le son des lettres, la Dictée Montessori, Dessin’écrire) ou à compter (10 doigts, Numberland, Geometry) ! Il en va de même pour les cahiers de vacances (Passeport pour… Hachette) qui, tout d’un coup, regagnent en intérêt auprès de vos bambins. En revanche, c’est un peu le désert pour les plus grands. On ne rigole plus avec les apprentissages après 10 ans !

 

          

          

 
          

 

 

 

 

 

4e usage : j’ai rien à lire
Vous êtes loin de chez vous, en vacances, en déplacement et, catastrophe, vous avez oublié de glisser dans votre sac quelques bouquins pour vos enfants. Mais vous avez votre tablette ! Sur laquelle vous trouverez de quoi leur lire une histoire le soir et même de quoi “nourrir” les plus grands si vous consentez à leur laisser votre appareil. Le marchand de sable, Gaspard le loup qui avait peur du loup, Fli Fli et Flo Flo et tout ce que vous pouvez trouver sur le J’aime Lire Store sont quelques exemples d’histoires sans interactivité perturbant la lecture aux plus jeunes. En revanche, si ce n’est Conte du haut de mon crâne et Une nuit d’hiver, peu d’applications-livres existent pour les bons lecteurs qui trouveront peut-être davantage à leur goût Les Pâtacolors j’adore ! ou Comment je suis devenue enquêteuse pour ne citer qu’une toute petite partie des e-books disponibles.

 

          

 

 

          

 

                    

 

 

Et après ?
Il y a tout le reste. Tous les moments improvisés ou non, appartenant à chacun, pouvant devenir des instants de lecture, de découverte. Les usages et les manipulations des applis-livres jeunesse sont aujourd’hui guidés par la façon dont nous utilisons les écrans avec nos enfants car le support ne disparaît pas encore derrière le contenu. Mais cela va-t-il perdurer ? Dévorer des livres, c’est bon pour la santé. Encourage-t-on avec le même enthousiasme nos enfants à lire sur un écran ?