Archives du mot-clé Gallimard Jeunesse

Chercheurs d’or

Il n’y a aucune raison pour que se perdent des histoires comme Les trois petits cochons ou Alice au pays des merveilles. Il en existe déjà plusieurs versions numériques. En revanche, on peut se poser la question de savoir si des titres qui ne sont plus réédités depuis longtemps vont refaire surface. Le numérique va-t-il permettre d’extraire des cartons des pépites oubliées ?

Allons plus loin. Quel type de contenus encore inexistants dans leur version papier va faire naître le numérique ? Quelles vont être les facilités que le papier ne permet pas et sur lesquels les éditeurs vont pouvoir s’appuyer ? La production est encore un peu pauvre pour donner une vue d’ensemble et dégager de grandes tendances. Mais s’il y a une application jeunesse à côté de laquelle vous ne devez pas passer, remarquable pour son innovation et sa belle utilisation de l’écran, c’est celle-ci : Dans mon rêve (e-Toile éditions). Ni complètement livre, ni complètement jeu, ni dessin animé. Qu’est-ce alors ?

Ne nous satisfaisons pas de tout ce qui fait du bruit, de tout ce qui est en mouvement incessant, de tout se qui se tape, se glisse, se pince, etc. Soyons des chercheurs d’or pour nos enfants, abreuvons-les de ce qui les fait lire, de ce qui les fait jouer, de ce qui les fait rêver.

Publicités

Le livre numérique jeunesse : quels contenus au menu ? (1)

Touchez, bougez !

On trouve aujourd’hui pour les enfants non-lecteurs, les tout-petits, des livres (applications) numériques adaptées à leur jeune âge. Les tablettes ont l’avantage d’offrir le son, en plus de l’image, animée ou non. Cela évite à nous, parents, d’émettre un beuglement approximatif devant le dessin d’une vache ou de se répandre en miaulements insistants à l’aperçu d’un chat. « Et la poule, quel est le cri de la poule ? » Un imagier numérique sonore apporte-t-il davantage qu’un livre imprimé ?
Le son n’est pas une propriété de la tablette. Les ouvrages papier pour les tout-petits peuvent être associés à un bruit. D’autre part, le livre imprimé permet une approche des matières que n’offre pas, pour l’instant, la tablette : l’enfant peut caresser la laine du mouton, les poils du lapin, la crinière du cheval et d’autres toisons incrustées dans la page. Impossible avec l’écran. Il apporte pourtant de la nouveauté à un autre niveau : l’animal s’anime, ce qui lui donne parfois une réalité indéniable. On ne perd pas le toucher ; l’enfant tapote l’écran et l’animal se met à bouger, émet un son, fait les deux à la fois. Au point parfois d’inquiéter certains petits qui retirent leur main de la tablette aussi vite qu’ils l’y ont placée de peur de se faire griffer par le chat ! Le mouvement donne vie au livre. Prend-il la place du lecteur qui, avec un livre imprimé, s’efforce d’animer les images par son talent de conteur et ses imitations animalières ? Autres temps, autres mœurs…

• Coucou Hibouk aime :
Si vous devez acquérir une application pour les petits, c’est celle-là !
Une jolie ferme

• À découvrir aussi sur les animaux de la ferme :
Moins intéressante mais ludique : Pénélope à la ferme

• Pour les plus grands :
Dans la collection Mes premières découverte (Gallimard), un passage réussi du papier à l’écran : La coccinelle