Archives du mot-clé J’aime Lire Store

On en rêvait, Totam l’a fait !

Très belle année 2014 à venir !
Les principaux changements des semaines passées qui auront sans doute un impact dans les mois et année à venir touchent à la diffusion et aux efforts déployés pour rendre accessibles et visibles, les contenus numériques  jeunesse. Que cela passe par une librairie, Totam, une bibliothèque, Storyplay’r, un groupement d’éditeurs, le Kenji, ou un catalogue de contenus numériques, BibApps.

Un espace virtuel où seraient regroupés livres et autres produits culturels destinés aux enfants,  on en rêve depuis l’arrivée, sur le marché, d’applications comme Dans mon rêve, Une jolie ferme, La coccinelle et d’un certain nombre d’autres produits jeunesse mis au jour, notamment, au moment de l’édition 2011 du salon de Montreuil. Plus de deux ans déjà…

408991_263470767054355_232208063513959_608467_1174090749_nEn 2012, Bayard ouvre son J’aime Lire Store. Osé, à une période où le catalogue de contenus numériques jeunesse n’est pas encore très fourni, où l’équipement des usagers fait encore défaut. Aujourd’hui, Bayard annonce plus de 200 références numériques (éditées par Bayard-Milan pour l’essentiel) disponibles ; 30 000 livres numériques vendus. A noter : aujourd’hui J’aime Lire Store est à la fois un webstore et une application.

Et les autres éditeurs, où vendent-ils ? Quel espace leur est réservé ? Aucun jusqu’à ces derniers mois. Pourtant, si Bayard seul a quelques centaines de références numériques, la production de tous les éditeurs jeunesse, pure-players ou non, dépasse sans doute cette taille. Depuis 2011, le catalogue de contenus numériques s’est enrichi en qualité, en variété et en nombre surtout. De quoi alimenter les étagères d’une librairie.

Totam-logo_webC’est chose faite avec Totam, une boutique virtuelle de produits numériques pour les 2-12 ans. Ouf !
Sur cette librairie web (pas d’application à la date de parution de cet article), l’internaute trouve une sélection de contenus numériques (livres, disques, vidéos, et applications). L’inscription y est gratuite. Certains produits sont accessibles à l’unité, le renvoi vers l’iBookstore ou à l’Appstore est alors fréquent ; d’autres uniquement par abonnement (TotamBox).

Storyplay'r LogoNé presque au même moment que Totam : Storyplay’r. Pas une librairie cette fois, mais une bibliothèque de contenus numériques jeunesse (3-8 ans), accessibles grâce à une application. On y trouve essentiellement des albums. Tout lecteur peut enregistrer sa voix pour accompagner l’histoire. L’enfant peut écouter le même récit raconté par plusieurs personnes différentes, celles qui auront enregistré leur narration. Une grand-mère habitant à 700 km de ses petits-enfant peut ainsi leur lire des histoires.

On ne peut que souhaiter le meilleur des démarrages possible à ces deux projets. Ils contribuent sans aucun doute à la visibilité des contenus numériques jeunesse et permettent le regroupement de l’offre existante destinée à l’achat. Ce qui n’est pas rien. Merci !

sac-kenji-kiehl-envoiD’autres initiatives participent à la mise en valeur de cette offre.
Le Kenji tout d’abord : un collectif créé par cinq éditeurs numériques jeunesse français indépendants. Ses principaux objectifs sont, justement, une meilleure visibilité des contenus, la mutualisation des ressources, la diffusion auprès du grand public, des bibliothèques, des écoles. Une belle et courageuse idée.

BibAppsBibApps.com enfin. Un catalogue d’applications numériques jeunesse classées qualitativement. L’outil est destiné aux professionnels. Il permet, notamment, aux bibliothécaires de se retrouver dans la jungle des nouveautés numériques et de proposer d’autres applications. On ne doute pas de l’utilité d’une telle plateforme, pour la médiation.

Grâce à ces acteurs, on devrait donc y voir un peu plus clair dans l’offre numérique jeunesse, en 2014. Suivre leur évolution, mais aussi celle des gens maintenant bien installés, celle des petits nouveaux dans le quartier, celle des éditeurs de contenus projetés, couvés ou presque nés promet une année riche en découvertes et en métamorphoses du paysage numérique jeunesse.

Publicités

Horizon 2013 ?

À l’instar de Bayard avec son J’aime Lire Store, une appli-librairie regroupant les contenus numériques jeunesse de Bayard (voir aussi Graines de librairies), Chocolapps a ouvert récemment Le petit monde de Chocolapps, une application regroupant toutes les applis de l’éditeur. Avec, en prime : un volet sur les nouveautés, des infos sur les promos (à condition bien sûr d’accepter de laisser son adresse e-mail pour recevoir les news), des jeux, un concours. Trois critères permettent de faire une sélection des applications proposées : le genre (fille ou garçon), l’âge (une échelle de 0 à 9 ans), le thème (jeu, livre ou découverte). Enfin, pour chaque application sont proposés : un aperçu (YouTube) et des fonctions que je n’ai pu tester à l’heure où j’écris – un “bouton” offrant la possibilité de voir l’application et un lien permettant d’offrir cette app.

 

408991_263470767054355_232208063513959_608467_1174090749_n

 

 

 

 

 

Petit monde de Chocolapps

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chocolapps a aujourd’hui suffisamment de titres au catalogue pour pouvoir proposer sa propre “librairie” numérique. C’est une première pour un éditeur pure-player. Cela présente l’avantage de présenter toutes ses applications (plus d’une vingtaine) regroupées en un même lieu. Et pour les parents, il est tentant d’y rester plutôt que d’aller s’égarer dans les méandres de l’Appstore à la recherche d’une application pour ses bambins. L’effet collection fonctionne sans doute très bien : si j’ai Cendrillon, pourquoi je n’aurais pas aussi Le chat botté, Blanche-Neige, etc. Les applications Chocolapps sont par ailleurs présentes individuellement dans l’Appstore. La visibilité de l’éditeur est donc double : à travers son “catalogue-magasin” et à travers ses applications. Contrairement au J’aime Lire Store, unique porte d’entrée des contenus de Bayard jeunesse.
La contrepartie de ces applications : enfermer le l’usager dans un univers, dans une marque qu’il aime ou pas. Rassurant pour l’instant, mais qu’en sera-t-il lorsque pour les lecteurs s’ouvriront d’autres horizons…

Il semble en tout cas que l’offre numérique jeunesse commence à s’organiser chez les éditeurs. Car il n’existe encore rien de transversal, pas de “librairie” ni même d’offre groupée proposant une sélection riche et structurée. En espérant que cela viendra. En 2013 ?

Le livre numérique jeunesse : quels contenus au menu ? (6)

Anne, ma sœur Anne…

Une fois de plus, il ne s’agit pas ici de faire des critiques d’applications et d’e-books pour enfants mais d’observer de quelle manière se densifie l’offre de livres numériques pour la jeunesse. En matière d’applications, cette offre s’adresse majoritairement aux plus jeunes, des tout-petits (2 ans, voire même 18 mois) aux lecteurs débutants (7 ans). L’interactivité est alors pleinement justifiée pour des enfants qui ne lisent pas ou à peine, mais qui prennent beaucoup de plaisir à écouter, toucher, jouer. Les parents, pour beaucoup d’entre eux, gardent en mémoire certaines des images de leurs livres de jeunesse. Elles sont souvent associées à des titres en particulier. On peut alors se demander, ce que vont conserver les nouvelles générations de leurs lectures numériques ? Des images certainement, mais aussi peut-être une voix, des sons, des gestes ? Quels types de contenus vont les accompagner jusqu’à l’âge adulte ?

Car pour l’instant, hormis dans la catégorie e-books (et encore, peu de véritables créations), difficile de trouver de quoi alimenter les bons lecteurs, pas encore ados. Disons, les 9-12 ans. Le J’aime Lire Store propose bien, dans son catalogue, des livres pour les 7-12 ans. Il s’agit essentiellement des romans et bandes dessinées issues du magazine J’aime lire. À 9 ans, pourquoi pas. À 12 ans… C’est moins pertinent. À cet âge, pas question d’applications pour les bébés. Mais… toute réflexion faite, ils aimeraient bien aussi avoir leur quota d’interactivité et d’animations ! Alors quoi ?
On perçoit quelques frémissements. Des éditeurs numériques commencent à avancer sur le terrain.

Il y a Studio Troll avec La famille Strudel et Une nuit d’hiver. Des récits accessibles aux bons lecteurs mêlant le fantastique, l’imaginaire où il est question de fées, de lutins et bien sûr de leur univers. Ce monde enchanté, parfois inquiétant, aurait pu être illustré, mais il n’est qu’habilement suggéré, à travers le texte bien sûr, mais surtout à travers l’ambiance sonore, les animations (légères) qui accompagnent la lecture. L’expérience est très intéressante même si les textes auraient besoin de quelques corrections et d’un petit lifting éditorial…

 

          

 

 

 

Dans la même veine, celle de créer un univers autour de textes sans pour autant les illustrer intégralement, on trouve Byook. Trois titres au catalogue : La bande mouchetée (une aventure de Sherlock Holmes), Little Fear et Tara Duncan. La bande mouchetée est très séduisante, les animations qui viennent agrémenter le texte n’interrompent la lecture à aucun moment. En revanche, ne laissez pas Little Fear entre les mains de vos enfants sans avoir regardé cette application auparavant, on frise le film d’horreur…

 

                    

 

 

 

Enfin, il y a l’Apprimerie. Cette toute nouvelle maison d’édition vient de sortir Voyage au centre de la terre, une adaptation interactive du roman de Jules Verne. Et il faut dire que c’est plutôt réussi, tant le contenu que le graphisme. L’application donne à lire, à regarder, à écouter, à toucher. Ce que les grands demandent parfois autant que les petits !

 

 

 

 

Et puis c’est tout ? Il semble, pour aujourd’hui. N’hésitez pas à me signaler tout oubli. Si l’on s’en tient là, c’est très peu. Jules Verne, Conan Doyle… Comme s’il fallait revenir à certains fondamentaux pour réinventer la littérature jeunesse, pour écran cette fois.
Guettons donc la suite. On peut espérer qu’un tas d’autres applications pour les “grands” sont en préparation, que le réjouissant billet d’Étienne Mineur (Ré-enchanter la lecture numérique) et toutes les pistes qu’il ouvre vont donner une multitude d’envies et d’idées aux auteurs, aux éditeurs.
Anne, ma sœur Anne ne vois-tu rien venir ?

Le livre numérique jeunesse : quels contenus au menu ? (5)

L’art du funambule

“Il était une fois…” Une histoire, lue, contée, projetée, jouée, reste une histoire avec un début, une intrigue, une quête, une aventure ou autre et un dénouement. Pour les tablettes, on y ajoute aujourd’hui, en plus des illustrations et du contenu textuel, de multiples éléments dont le son, l’animation, l’interactivité et souvent le jeu. Gadgets ou révolution dans la conception des récits pour enfants ?

Il est certain que la conception graphique d’un livre destiné à être lu sur une tablette est un peu différente de celle d’un ouvrage imprimé. Le pli du milieu par exemple, l’intérieur ou l’extérieur de la page s’effacent au profit d’autres repères, d’autres règles de mise en forme. Le texte et la partie illustrée (dessins, photos et autres) sont donc pensés et organisés pour l’écran et non plus pour le papier. Et si l’on enrichit le tout, l’affaire se complique. La conception d’une applications livresque devient presque une production cinématographique faisant appel à des compétences très diverses. L’écran invite ainsi à inventer de nouvelles manières de construire des histoires.

Plusieurs éditeurs se sont déjà lancés, de façon plus ou moins expérimentale. Les trouvailles des éditions volumiques, même si davantage dans le jeu que dans le livre, laissent apercevoir la diversité d’utilisation ludique des tablettes et les connexions possibles entre le papier et l’écran (voir notamment l’application Balloon PaperApp utilisant un livre et iPad).

 

 

 

 

La Souris qui raconte, une maison d’édition numérique, est une des pionnières des histoires pour l’écran. Le catalogue s’organise autour de trois collections. La première : les “histoires à lire” (du son et quelques animations) avec, pour tablettes, La petite musique du monde. La seconde : les “histoires à jouer” (enrichies, interactives), dont  Conte du haut de mon crâne. Enfin, les “histoires à inventer” (des histoires au déroulement différent selon les choix du lecteur) avec la réjouissante ogresse.

 

 

 

 

L’écran permet de mettre en place des histoires à choix multiples avec un peu plus de fluidité que sur le papier. Dans L’ogresse, trois chemins s’offrent à l’enfant pour connaître l’issue de l’histoire. Il peut bien sûr revenir en arrière pour découvrir les deux autres.
D’une manière un peu différente, mais fonctionnant selon le même principe, Les Histoires de lapin d’Europa-Apps font intervenir, comme son titre l’indique, un lapin, que le lecteur personnalise avec la couleur de son choix. Au lecteur ensuite de choisir, à la carte, l’autre protagoniste du récit : un loup, une princesse ou un dragon. Il ne s’agit plus d’une “histoire à jouer”, comme chez la Souris qui raconte,  mais de “jouer à une histoire”. On joue sur les mots ?

 

 

 

 

Parmi ces histoires à choix multiples, on trouve bien sûr les récits dont vous êtes le héros. Notamment ceux de Walrus Books : Le vaisseau du temps et La bibliothèque infernale. Ces récits se prêtent parfaitement au format des e-books, sans illustrations, des liens textuels guidant la lecture.

 

 

 

 

La tablette permet d’inventer de nombreuses déclinaisons d’histoires dont le lecteur peut modifier le cours, les personnages, le décor. La construction de ces histoires peut donc devenir assez complexe selon les options offertes au lecteur.
Impossible de ne pas évoquer Dans mon rêve (e-Toiles éditions), qui fonctionne selon le principe du cadavre exquis et qui permet, à partir de trois bandes de dessins et de phrases, de créer de courts textes et des illustrations. Pas à l’infini mais presque ! De quoi permettre aux petits de s’inventer de véritables histoires.

 

 

 

 

Pour les plus jeunes toujours, l’application Fli Fli et Flo Flo (Ceci n’est pas Éditions) propose deux histoires qui se rejoignent pour ne faire qu’une à la fin. L’histoire de Fli Fli en utilisant sa tablette en positon horizontale, l’histoire de Flo Flo en tenant l’écran à la verticale. Des animations d’une grande sobriété mais une construction de récits exploitant les ressources des écrans des tablettes.

 

 

 

 

 

Enfin, un livre dense, étonnant et unique dans son genre pour l’instant en numérique jeunesse : L’Herbier des Fées (Albin Michel). Un botaniste russe du début du 20e siècle narre, à travers son journal de bord, ses recherches dans la forêt de Brocéliande. Les légendes pour des illustrations prenant l’allure de planches naturalistes, les animations, les incroyables vidéos “d’époque” viennent sans lourdeur habiller l’histoire et plonger le lecteur dans une aventure riche en découvertes.
La façon dont le récit a été conçu, à la fois pour le papier et pour l’écran, n’est pas innovante en soi. En revanche, elle a été exploitée et enrichie pour les tablettes d’une très belle manière. L’équilibre entre l’attention portée au texte et l’attraction des éléments interactifs n’est pas évident à trouver. Plusieurs applications jeunesse pêchent par leur surenchère en animations au détriment de l’histoire, parfois par manque d’un récit solide et construit. On en est loin avec L‘Herbier des Fées. Le sujet et la manière dont il est conté deviennent vite fascinants, même si la tentation de tapoter l’écran à tout bout de champ est grande. D’un bout à l’autre de l’histoire apparaissent de petits tiroirs que l’on peut ouvrir ou pas sans risquer d’altérer le récit. Un numéro de funambule réussi.

 

 

 

 

Un équilibre un peu plus difficile à trouver pour Babel, le chat qui veut être roi (epic). L’histoire pleine de sens, au parfum de conte philosophique, soufre par moments des enrichissements faits pour l’écran. Son découpage – chaque tableau est un chapitre – implique une lecture un peu hachée. On a tendance à passer plus de temps à chercher les animations qu’à s’immerger dans le récit. D’autant plus qu’il faut parfois lire les instructions d’aide pour la manipulation de l’écran, en plus du texte de l’histoire.

 

 

Les applications numériques reprenant les contes traditionnels (celles de Chocolapps par exemple), les histoires que l’on peut trouver dans le J’aime Lire Store rencontreront sans doute toujours de nombreux lecteurs. Les récits lus et relus, transmis depuis quelques générations obtiennent un succès garanti auprès du jeune public. Quelle que soit leur forme finalement. Le fond y est et c’est lui qui compte.
La conception formelle des histoires pour les écran des tablettes est donc différente de celles conçues pour un livre imprimé.
Mais sur le fond, l’entreprise reste la même. Celle des auteurs, des relecteurs, des éditeurs. Que le livre soit imprimé ou numérique (application ou e-book), l’histoire ne peut pas être un prétexte mais doit rester le cœur de tout ce qui gravite autour. Et il en va de même pour le documentaire. Aussi époustouflants soient-ils, tous les enrichissements numériques mis en place ne rattraperont pas un récit qui ne tient pas la route, il manquera l’essentiel. L’écueil inverse est aussi à éviter : ne pas occulter une belle histoire pas trop d’animations. Tout l’art du funambule…

Le livre numérique jeunesse : quels usages ? (4)

Ça s’lit, ça s’mange ? 

Pas évident de trouver son chemin dans le maquis des applications jeunesse entre ce qu’on peut appeler un livre et le reste, assez mouvant, pouvant être – ou ne pas être… – livre animé, jeu avec texte, contenu interactif en tout genre qu’on ne peut catégoriser à l’aide de nos repères habituels. Les frontières sont floues, les passerelles entre l’animation, la lecture, le son, le jeu sont nombreuses et les combinaisons possibles d’une grande variété.
Alors plutôt que de chercher à établir désespérément un classement par genre, tentons un classement par usage. La question semble simple : à quelle attente le contenu publié répond-il ? En d’autres termes, les applications que nous présentons à nos enfants dépendent-elles du moment de la journée, de l’activité en cours ? Répondent-elles à un besoin à un instant donné ?

1er usage : l’attente
L’attente est souvent un prétexte pour présenter des applications notamment aux enfants de 3 ans et moins. En effet, on ne laisse pas sa tablette dans les menottes de son rejeton de 2 ans ; l’usage fait en sa compagnie reste donc très limité et finalement peu varié. En toute bonne foi, avouez qu’il s’agit souvent d’un recours pour le faire patienter 10 minutes en l’installant sur vos genoux dans une salle d’attente ou le temps de répondre à un mail de la plus haute importance ou de finir une conversation téléphonique… Le succès est garanti avec, par exemple : Une jolie ferme, Dans mon rêve, Un jeu, Les jeux du livre des bruits, Vehicles (My First App).

                    

 

 

 

          

 

 

2e usage : quand j’sais pas quoi faire…
“J’sais pas quoi faire… J’peux faire de l’iPad ?”, est-il possible d’entendre parfois comme si “faire de l’iPad” constituait un objectif en soi. On n’est pas loin de l’attente, version 6-8 ans. Vos enfants tournent en rond parfois entre midi et deux, les jours d’école, trouvent le temps long en voiture ou dans le train et se disent que la tablette serait un bon remède à leur ennui. Vous craquez mais en jurant bien qu’il est hors de question qu’ils s’amusent avec n’importe quelle appli à un moment où il s’agit tout de même de rester calme, de ne pas les abrutir. On peut alors imaginer que vous allez présélectionner les applications qu’ils pourront ouvrir : des histoires à lire ou à écouter (Babel, Apolline et Léon, Les trois petits cochons, Les fantastiques livres volants de Morris Lessmore, La petite musique du monde), des documentaires courts (La coccinelle, Napoléon, Joue avec Cézanne, Barefoot Atlas), des applications musicales (Le Carnaval des animaux ou Les 4 saisons d’Antoine). À défaut de lire véritablement – et encore, ça se discute –, de quoi les divertir à plusieurs sans les énerver, tout en se donnant bonne conscience !

 

                    

 

 

 

          

 

 

 

          

 

 

 

          

 

 

 

          

 

 

 

 

3e usage : pour les apprentis
Apprentis lecteurs, apprentis comptables, plusieurs applications sont faites pour vous. Et bien faites ! Hormis l’effet de la nouveauté, la tablette se révèle être un support très ludique pour les apprentissages. Ou comment faire travailler vos enfants sans qu’ils s’en rendent compte. Ce n’est pas un hasard si plusieurs applications issues ou inspirées de la méthode Montessori ont vu le jour. Trop chouette d’apprendre à lire, à écrire (Le son des lettres, la Dictée Montessori, Dessin’écrire) ou à compter (10 doigts, Numberland, Geometry) ! Il en va de même pour les cahiers de vacances (Passeport pour… Hachette) qui, tout d’un coup, regagnent en intérêt auprès de vos bambins. En revanche, c’est un peu le désert pour les plus grands. On ne rigole plus avec les apprentissages après 10 ans !

 

          

          

 
          

 

 

 

 

 

4e usage : j’ai rien à lire
Vous êtes loin de chez vous, en vacances, en déplacement et, catastrophe, vous avez oublié de glisser dans votre sac quelques bouquins pour vos enfants. Mais vous avez votre tablette ! Sur laquelle vous trouverez de quoi leur lire une histoire le soir et même de quoi “nourrir” les plus grands si vous consentez à leur laisser votre appareil. Le marchand de sable, Gaspard le loup qui avait peur du loup, Fli Fli et Flo Flo et tout ce que vous pouvez trouver sur le J’aime Lire Store sont quelques exemples d’histoires sans interactivité perturbant la lecture aux plus jeunes. En revanche, si ce n’est Conte du haut de mon crâne et Une nuit d’hiver, peu d’applications-livres existent pour les bons lecteurs qui trouveront peut-être davantage à leur goût Les Pâtacolors j’adore ! ou Comment je suis devenue enquêteuse pour ne citer qu’une toute petite partie des e-books disponibles.

 

          

 

 

          

 

                    

 

 

Et après ?
Il y a tout le reste. Tous les moments improvisés ou non, appartenant à chacun, pouvant devenir des instants de lecture, de découverte. Les usages et les manipulations des applis-livres jeunesse sont aujourd’hui guidés par la façon dont nous utilisons les écrans avec nos enfants car le support ne disparaît pas encore derrière le contenu. Mais cela va-t-il perdurer ? Dévorer des livres, c’est bon pour la santé. Encourage-t-on avec le même enthousiasme nos enfants à lire sur un écran ?

Graines de librairies ?

Des sélections de livres numérique jeunesse (applications et e-books) font progressivement leur apparition sous différentes formes. Des applications : J’aime Lire Store, Playtales, Le coffre à histoires. Des sites comme celui de la librairie belge La Parenthèse proposant des livres numériques. Des bibliographies à l’instar de celle établie par le Centre national de la littérature pour le jeunesse (La Joie par les Livres) : “Livres numériques pour la jeunesse”. Sans oublier les présentations faites par des acteurs incontournables, aujourd’hui, dans le conseil et la prescription en matière de livres numériques jeunesse, dont Laure Deschamps et sa Souris Grise. Ces sélections obéissent à des logiques dissemblables, mais mettent en forme une offre numérique jeunesse qui s’enrichit et se diversifie au fil des semaines, voire des jours !

J’aime Lire Store  et Playtales sont des kiosques offrant des ouvrages numériques jeunesse à l’achat. J’aime Lire Store ne diffuse pour l’instant que des titres du groupe Bayard/Milan, près d’une quarantaine dont les prix fluctuent entre 0,79 € et 3,99 €. Pour chaque titre, une couverture, des informations “techniques” et un court résumé. L’application propose une boutique (classement des titres par âge) et une bibliothèque que l’on constitue donc soi-même avec les histoires achetées. L’initiative est intéressante car la première du genre de la part d’un éditeur papier, mais elle n’est pas très téméraire. Et surtout, elle ne présente pas d’autres titres que les titres “maison”. Donc pas de sélection, pas de hiérarchisation, peu de mise en avant, comme une librairie pourrait le faire.

 

 

 

 

 

 

Playtales a choisi de prendre l’appellation de “librairie” et met dans ses “rayons” une centaine de contes, vendus entre 0,79 € et 2,39 € chacun. Une couverture, un résumé, un avis sur le thème – ce que peut apporter l’histoire aux lecteurs – et sur le traitement – illustrations, effets interactifs –, des captures d’écran sont les informations données pour chaque “livre”. Deux millions de famille à travers le monde s’émerveillerait déjà grâce au catalogue de Playtales. L’application, dans son apparence, donne une idée de ce que pourrait être une librairie numérique spécialisée dans le livre jeunesse : une boutique, une bibliothèque, un classement en fonction de la popularité des titres, une mise en avant des nouveautés et encore quelques subtilités. La forme y est donc, mais pas le fond. Les titres proposés semblent être des livres numérisés libres de droit – dans un certain nombre de cas, l’auteur n’apparaît même pas. Leurs contenus sont, certes, universels mais ne feront pas rêver les amateurs un peu éclairés de lecture pour la jeunesse.

 

 

 

 

 

 

 

 

Une librairie physique cette fois, La Parenthèse à Liège, a ajouté une page sur son site internet pour présenter une sélection de livres numériques (applications et e-books). La vente n’est pas directe et passe par l’intermédiaire de l’AppStore pour les applis et d’ePagine pour les autres formats. Il y a une présentation, un choix, un espace consacré aux livres numériques par le libraire. On attend la suite de l’aventure avec impatience…

 

 

 

 

Dans un autre genre enfin, existe le Coffre à histoires de La Grande Récré. Il s’agit d’une application gratuite contenant six histoires pour les enfants (gratuites également). Six histoires à lire ou à écouter, aux animations assez sommaires et sans interactivité. Un avant-goût des applications que l’on trouvera pré-installées sur les tablettes pour enfants tant attendues à Noël ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au fur et à mesure que l’offre numérique jeunesse en matière de livres s’étoffe et se diversifie, les idées de librairie spécialisée germent sans doute à droite et à gauche. Qui va se lancer ? Des volontaires ? Le défi est immense, la tâche est ardue mais passionnante.

Bayard, sans peur ?

Bayard Éditions, avec sa marque J’aime lire, « donne le goût de lire aux enfants, éveille et stimule leur imagination » depuis plus de 35 ans… Ne crachons pas dans la soupe. Les magazines jeunesse du groupe Bayard, auquel il faut ajouter depuis quelques années ceux de Milan, flanqués de leurs héros (Tom-Tom et Nana, Petit Ours Brun, Mimi Cracra et les autres), ont fait rêver deux générations d’enfants. La première d’entre elles – celle qui abonne aujourd’hui ses bambins à Pomme d’Api ou Astrapi en se rappelant de bons moments de lecture – considère encore Bayard comme un éditeur de qualité, proposant une presse de bon goût, essentielle à l’éveil, au jeu, à l’imagination des petits. On en pensera ce qu’on voudra, le sujet n’est pas là.

De la part de cet éditeur maîtrisant si bien la création et le contenu graphiques et littéraires pour enfant, on attend qu’il s’engouffre dans le vent et propose une offre novatrice dans le domaine du numérique. Pourtant, à l’heure actuelle, il n’en est rien. Le J’aime Lire Store, une application lancée en février dernier, déçoit. On y trouve du neuf fait avec du vieux. Une numérisation de titres déjà parus. Des éléments de confort et d’habillage (marque-page, badge « J’ai tout lu » par exemple) ont bien sûr été ajoutés, mais ils n’apportent rien d’essentiel. Pas de quoi révolutionner la lecture, ni de quoi convaincre papa et maman d’abandonner leur tablette dans les mains de leurs chérubins. D’autant plus lorsque ces derniers ont déjà dans leur chambre la version imprimée (voire le CD) des histoires numérisées.

Certes, les missions du numérique que sont la facilité de stockage et le transport sont ici pleinement accomplies, mais on aurait aimé un peu plus d’ambition, d’innovation de la part d’un éditeur bénéficiant d’un très grand nombre d’abonnés et disposant donc d’un réseau de lecteurs, d’un marché potentiel qui rendrait jaloux n’importe quel éditeur pure-player…